Karine Hébert

Membre du comité de rédaction

KarineKarine Hébert est professeure à l’Université du Québec à Rimouski. Ses domaines de recherche sont l’identité et la formation des groupes sociaux, la jeunesse et les femmes dans le Québec contemporain. Ses recherches récentes portent sur l’histoire du patrimoine au Québec. Elle est membre du Groupe d’histoire de Montréal. Son ouvrage, Impatient d’être soi-même. Les étudiants montréalais, 1895-1960, s’est mérité le Prix des Fondateurs de l’Association canadienne d’histoire de l’éducation (2010).

 

PRINCIPALES PUBLICATIONS

Monographie

« Impatient d’être soi-même ». Les étudiants montréalais, 1895-1960, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2008.

Ouvrage collectif

Histoire et idées du patrimoine. Entre régionalisation et mondialisation, sous la dir. de Karine Hébert et Julien Goyette, (Québec, Éditions Multimondes, coll. «Cahiers de l’Institut du patrimoine de l’UQAM», 2010), 315 p. [codirection]

Articles

«Elsie Reford, une bourgeoise montréalaise et métissienne, un exemple de spatialisation des mondes privé et public», Revue d’histoire de l’Amérique française, 63, 2-3 (automne-hiver 2009-2010) : 275-303.

« Élitisme ou démocratisation? Les étudiants de l’Université de Montréal et de l’Université McGill (1895-1960) », dans Yves Gingras et Lyse Roy, dir., Les transformations des universités du XIIIe au XXIe siècle, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2006, p. 133-156.

« Le patrimoine au Bas-Saint-Laurent, entre histoire et actualité », L’Estuaire, 66 (juin 2006), p. 3-8. [avec Julien Goyette]

« La Maison Louis-Bertrand, laboratoire d’histoire et d’archéologie », L’Estuaire, 66 (juin 2006), p. 10-13. [avec Julien Goyette et Manon Savard]

« From Tomorrow’s Elite to Young Intellectual Workers: The Search for Identity among Montreal Students, 1900-1958 », dans Bettina Bradbury et Tamara Myers, dir., Negociating Identities in 19th and 20th Century Montreal, Vancouver, University of British Columbia Press, 2005, p. 202-231.

« Carabines, poutchinettes, co-eds ou freshettes sont-elles des étudiantes? Les filles à l’Université McGill et à l’Université de Montréal (1900-1960) », Revue d’histoire de l’Amérique française, 57, 3 (hiver 2004), p. 593-625.

« Between the Future and the Present: Montreal University Student Youth and the Postwar Years, 1945-1960 », dans Michael Gauvreau et Nancy Christie, dir., Cultures of Citizenship in Postwar Canada, 1940-1955, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2003, p. 163-200.

« L’histoire du féminisme au Canada et au Québec. Bibliographie commentée », Mens. Revue d’histoire intellectuelle de l’Amérique française, 2, 1 (automne 2001), p. 125-144. [avec Sophie Doucet]

«Une organisation maternaliste au Québec. La Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste et la bataille pour le vote des femmes», Revue d’histoire de l’Amérique française, 52, 3 (printemps 1999) : 315-344.

Karine Hébert
UQAR, Campus de Rimouski
300, allée des Ursulines, C. P. 3300, succ. A
Rimouski (Québec) Canada
G5L 3A1
Téléphone : (418) 723-1986, poste 1658

Courriel : karine_hebert @ uqar.ca

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment ce contenu :